Album des requins réunionnais

Mieux connaitre les requins réunionnais…

… est une nécessité qui prend une place importante dans l’actualité de La Réunion et de la problématique requins. Alors que toute l’attention est portée sur les requins bouledogues et les requins tigres, nous avons décidé en 2013 de nous pencher attentivement sur les autres espèces, sur lesquelles un certain flou artistique régnait.
Le 13 Février 2015, 5 espèces de requins de récif ont par ailleurs bénéficié d’une protection totale, par arrêté préfectoral.

Conscients que les connaissances restent partielles, nous avons décidé de vous fournir un album commenté de ces animaux. À travers nos travaux de recensement, d’observations et de collaboration avec les pécheurs, nous avons identifié d’autres espèces méritant une attention particulière et le concours des gens de mer. En 2014, plus d’une centaine d’observations nous ont ainsi été remontées, et nous savons être encore loin du compte.Les portraits de ces animaux viendront compléter cette page au fur et à mesure.


Connaitre le rôle écologique des requins.

De manière générale, tous les organismes ont un rôle écologique important. La nature est en équilibre et chaque organisme participe à la stabilité de cet équilibre. Il en est de même pour les requins. Ils sont eux aussi importants pour l’équilibre de l’écosystème corallien et plus largement de l’écosystème marin en régulant les populations de poissons, d’espèces invasives et en éliminant les plus faibles et les plus malades.

Des sites d’où les populations de requins ont pratiquement disparu ont montré des déséquilibres. Une étude de 2013 a démontré que la disparition locale des requins avaient notamment des impacts sur les coraux en affectant directement la chaine alimentaire se situant au dessus de ces derniers. Les poissons comme les poissons perroquets, qui régulaient les algues et les empêchaient d’étouffer les récifs, ont été décimés par des poissons carnivores devenus nombreux, habituellement consommés par des requins…. qui malheureusement n’étaient plus là pour remplir leur rôle.

D’autres études menées aux Fidji ont démontré une répartition territoriale différente entre les populations de requins bouledogues et tigres et celles des requins de récifs.
Voir la page : Hypothèses empiriques dans la crise requins et le dossier disponible sur la page programme ReMORRAS.

À La Réunion autant qu’ailleurs, il est important de maintenir cet équilibre récifal. Protéger les requins de récif est un premier pas dans la bonne direction.


Requin pointe noire

Requin pointe noire

Le requin pointe noire

Carcharhinus melanopterus

Généralités : Ce petit requin de 1,60 m peut être croisé seul ou en petits groupes (3-4 max). On le retrouve assez souvent dans les aquariums du fait de sa petite taille. Vivipare (comme chez les humains), il donne naissance à 2 à 4 petits par portée, après 16 mois de gestation.

Habitat : Parfois observé en eaux très basses (se déplace parfois dans seulement 30 cm d’eau), dans la zone de balancement des marées. De façon générale, observé près des récifs corallien, atolls et zones de ressac.

Statut UICN : Quasi menacé

Alimentation : Poissons, crustacés, céphalopodes et autres mollusques

À La Réunion : ce requin a été observé de manière formelle pour la dernière fois en 1995. Il n’a pas été revu depuis, sauf de rares cas d’observations, incertaines et non-vérifiées.


requin pointe blanche de récif -- ©Clark Anderson

requin pointe blanche de récif — ©Clark Anderson

Le requin pointe blanche de récif

Carcharhinus albimarginatus

Généralités : Ce requin de 2m50, à la silhouette robuste, assez semblable au requin gris de récif, vit seul ou en petit groupe (femelles). Les juvéniles sont généralement plus proches de la côte que les adultes, ils sont donc vulnérables aux activités de pêches côtières.
Vivipare (comme chez les humains), il donne naissance de 5 à 12 petits par portée, après 12 mois de gestation.

Habitat : Généralement en eaux profondes, au large de la plate-forme continentale et vers les hauts-fonds isolés au large, entre 30 et 800 m de profondeur. Rarement vers les côtes (excepté pour les juvéniles).

Statut UICN : Quasi menacé

Alimentation : Poissons vivant sur le fond ou en pleines eaux, raies, petits requins ou juvéniles des autres espèces et occasionnellement céphalopodes (calmars, etc.).

À La Réunion : ce requin est occasionnellement pêché en mer au large pour les adultes et à la côte à la ligne pour les jeunes.


requin corail -- ©Alex Voyer

requin corail — ©Alex Voyer

Le requin corail

Triaenodon obesus

Généralités : Le requin corail (1m60) est courant à proximité des récifs coralliens de l’Indo-Pacifique. Actif la nuit, il passe souvent ses journées seul ou en petit groupe à se reposer sur le fond tout comme le requin nourrice. Il possède un corps élancé et une nage caractéristique, son corps ondulant nettement plus que les autres requins. Vivipare (comme chez les humains), il donne naissance de 1 à 5 petits par portée. Le requin corail semble être un animal calme et somnolent paisiblement en journée. Mais la nuit, il devient un prédateur furtif.

Habitat : Récifs coralliens. Grottes et surplombs rocheux où il se cache le jour, sur le fond immobile. Eaux de faible profondeur (8 à 40 m)

Statut UICN : Quasi menacé

Alimentation : Poissons, poulpes, crabes, homards…

À La Réunion : Des cas de pêches à la ligne ou en chasse sous-marines ont été recensés ces dernières années. Ce petit requin a fait l’objet d’observations récentes sur la côte Ouest et dans le Sud. Quasiment disparu, ces observations restent rares.


Requin Gris -- ©Par Albert kok

Requin Gris — ©Par Albert kok

Le requin gris de récif

Carcharhinus amblyrhinchos

Généralités : Ce requin de 2 mètres, est l’un des plus communs à proximité des récifs coralliens de l’Indo-Pacifique. Territorial, il ne doit pas être dérangé, mais il ne représente pas une menace réelle pour l’Homme. Vivipare (comme chez les humains), il donne naissance de 3 à 6 petits par portée après 12 mois de gestation.

Habitat : Tombants externes des récifs entre 20 et 70 m de profondeur, parfois dans les lagons profonds, ou moins profonds pour les juvéniles.

Statut UICN : Quasi menacé

Alimentation : Poissons de récifs, calmars, poulpes, crabes, homards, crevettes.

À La Réunion : des cas d’observations en plongée sous-marine ont été recensées ces dernières années, ainsi que des cas de pêches à la ligne au bord ou en mer.
Ce requin est très souvent confondu avec le requin-bouledogue. Nous élaborerons dès que possible un « guide » permettant de différencier ces espèces grâce à des repères clés.


Requin nourrice

Requin nourrice

Le requin nourrice fauve

Nebrius ferrugineus

Généralités : Ce requin pouvant faire jusqu’à 2m50 est observable en journée, période pendant laquelle il se repose parfois en groupe dans les grottes et anfractuosités.C’est l’un des rares requins à pouvoir rester immobile pendant de longues périodes. Nul besoin de nager pour faire circuler l’eau dans ses branchies et en extraire l’oxygène, il peut contracter son pharynx pour créer ce courant d’eau. Ce requin est ovovivipare (les œufs incubent et éclosent dans l’utérus) et met bas environ 4 petits par portée.

Habitat : Milieux côtiers et plate-forme continentale, fonds détritique, anfractuosité et grottes des récifs coralliens, atolls, passes.

Statut UICN : Vulnérable

Alimentation : Poissons coralliens, céphalopodes, crustacés, échinodermes.

À La Réunion : des requins nourrices semblent occuper plusieurs zones de La Réunion. Des observations en pêche et en plongée ont été reportées à plusieurs reprises l’année dernière. Un individu a été marqué avec une balise acoustique VEMCO dans le cadre de notre programme ReMORRAS.


©Jake Mohan

©Jake Mohan

Le Grand requin marteau

Sphyrna mokarran

 

Généralités : Ce requin est le plus grand des requins marteau. Il peut atteindre 5m50 et est facilement reconnaissable, comme tous les requins marteau,par la forme aplatie particulière de sa tête à l’extrémité de laquelle sont placés les yeux. La forme de la tête des requins marteaux combiné à leur mouvement de nage balancier leur permet de voir à 360° (d’après une récente étude). On différencie cette espèce des autres requins marteaux par l’aspect falciforme de son aileron dorsal (en forme de faux et démesurément grand). Sa tête est également particulière puisqu’elle est plate en vue de dessus et non arrondie comme les autres requins marteau. Essentiellement solitaire, il a une activité plutôt nocturne. Sa reproduction reste un peu mystérieuse car l’observation est rare. La femelle peut porter jusqu’à 40 embryons et la gestation dure entre 9 et 12 mois.

Habitat : requin pélagique, parfois côtier présent dans les eaux chaudes, tempérés et tropical des océans.

Statut UICN : En danger

Alimentation : poissons osseux, raies et requin (raie léopard étant sa proie favorite). Parfois crustacés et céphalopodes.

À La Réunion : pas d’informations.


« Sphyrna lewini ©su neko

« Sphyrna lewini ©su neko

LE REQUIN-MARTEAU HALICORNE

Sphyrna lewini

Généralités : ce requin possède également une tête aplatie avec les yeux sur les côtés caractéristique des requins marteau. Mesurant entre 2m70 et 3m50 il est de couleur gris-brun sur le dos. Son aileron et plus petit et arrondi que celui du grand requin marteau et sa tête vu de dessus et un peu plus arrondi. Vivant plutôt en petit groupe dans la journée, ils sont plutôt solitaires la nuit pour chasser. Cependant on observe de très grands rassemblements lors des périodes de reproduction pouvant aller jusqu’à plusieurs centaines d’individus dans un même banc. Après une gestation entre 9 et 10 mois, la femelle met bas de 15 à 35 petits.

Habitat : Il est abondant dans les eaux côtières, tropicales et tempérées chaudes mais il est aussi pélagique à proximité de fonds récifaux coralliens. On le trouve également dans les bouches de rivières et d’estuaires, dans les eaux saumâtres.

Statut UICN : En danger

Alimentation : poissons osseux, surtout des sardines et des harengs ainsi que des petits squales, des céphalopodes, des crustacés.

À La Réunion : des rassemblements de requins marteau, présumés halicornes, ont déjà été observés, à la Pointe au Sel notamment. D’autres observations se sont produites aux alentours de Saint Leu, Saint Pierre (la Jetée), et Etang Salé.
Des dizaines de requins-marteaux juvéniles sont pêchés chaque année le long du littoral réunionnais par la pêche à pied depuis le bord. Shark Citizen a par ailleurs lancé une veille, qui sera suivie d’un programme, sur ce sujet.


©Brian Gratwicke

©Brian Gratwicke

La grande raie Guitare

Rhynchobatus djiddensis

Généralité : Ce requin qui peut atteindre 3m50 est reconnaissable à son museau étroit, pointu et aplati. La femelle peut donner naissance à une dizaine de petits dans les estuaires ou les mangroves. Cette espèce est une cible de choix pour la pêche car sa chair est excellente. Elle est également la proie des chasseurs d’ailerons. C’est la seule espèce identifiée clairement comme fréquentant les eaux de l’ouest de l’océan Indien. Les autres espèces sont du côté atlantique de l’Afrique, du côté Sud Est de l’Asie (Singapour, philippines, etc.) et en Australie. Ce qui n’empêche pas un jour de les rencontrer ailleurs.

Habitat : Il fréquente les zones benthiques et côtières, sur les fonds sableux et en estuaire, parfois en lagons

Statut UICN : Vulnérable

Alimentation : ce requin s’enfouie dans le sable en attendant ses proies, des petits poissons, crustacés et bivalves.

À La Réunion : cette espèce est fréquemment pêchée autour de l’ile, durant les activités de pêche à pied à la canne à pêche. Un individu a été marqué avec une balise acoustique VEMCO dans le cadre de notre programme ReMORRAS.


Nous continuons à récupérer toute information disponible sur ces requins de récifs et leurs collègues : les grandes raies guitares, les requins marteaux, etc. Tout nous intéresse : les observation, les prises, et si possible des échantillons.  Si vous retrouvez l’un deux au bout de votre ligne, n’hésitez pas à prendre une photo et à nous contactez au 06 92 10 77 60 ou écrivez à Florentine : florentine@sharkcitizen.fr 

Signaler un requin en remplissant ce formulaire.