Greenwashing et cartilage de requin.

Réponse à Vivre Autrement et Terre et Nature :

Comme nous vous le disions au mois d’avril, le salon Vivre Autrement, qui s’est tenu du 21 au 24 mars 2014 au Parc Floral de Paris, a accueilli parmi ses exposants la marque Terre et Nature, qui vend notamment des dérivés de cartilage de requin (son « produit phare » selon son service clients). Nous avons donc enquêté pour en savoir davantage sur les pratiques de la marque et le sérieux de ce salon auto-baptisé « le salon éthique & bio ».

Les organisateurs du salon nous ont répondu qu’ils étaient toujours très attentifs à la nature des produits vendus par les exposants. Mais leur déclaration de bonnes intentions, vide de tout élément concret, ne nous a pas particulièrement convaincus de la rigueur déployée, ni d’ailleurs de l’existence d’un quelconque cahier des charges à respecter. N’importe qui peut faire une demande de stand, et n’a qu’un formulaire à remplir et une surface à louer ; sauf erreur de notre part, il ne lui est pas demandé de fournir des documents officiels attestant qu’il travaille bien en conformité avec les valeurs officielles brandies par les organisateurs du salon.

Nos échanges avec Vivre Autrement nous ayant laissé tièdes, nous nous sommes rapprochés directement de Terre et Nature pour savoir s’ils avaient mis en place une politique de traçabilité de leurs produits, concernant notamment leurs dérivés de cartilage de requin.

Après une absence de réponse initiale qui a nécessité plusieurs relances, nous avons finalement reçu le message laconique suivant : « Chaque produit est conformément à la législation sujet à une analyse individuelle avec un contrôle des normes de qualité. Ce contrôle ce fait ici en France. »

Cela ne répondait à aucune de nos questions. Ça ne nous disait strictement rien d’une quelconque traçabilité des produits : de leur provenance, des espèces de requins concernées, des méthodes de pêche pratiquées, des circuits d’approvisionnement, de la toxicité finale des produits commercialisés…

Nous avons donc insisté.

La marque a fini par nous répondre ceci : « Notre glucosamine vient d’Asie. Mais comme tout produit fabriqué et mis en pot en France le contrôle de qualité est strict. La législation concernant les compléments est très stricte dans notre pays. Le produit que nous vendons est garantie à 100% sans additifs et est sain. Je peux vous le garantir. Nous ne pouvons pas faire n’importe quoi sur ce type de produit. C’est le produit phare de notre entreprise. »

Notre insistance pour demander des précisions sur la provenance et le type des requins pêchés n’a pas débouché sur davantage de précisions, nous n’avons pas de réponse depuis plus d’un mois à l’heure où nous publions ce texte, ce qui ne nous incite guère à l’optimisme.

Notre conclusion, à ce stade, est la suivante : Terre et Nature soumet ses produits en France à des tests de qualité, mais nulle traçabilité de leurs produits n’est assurée, donc il n’y a aucune raison de croire que ceux-ci soient « bio » ni qu’ils soient conçus avec le respect de la nature comme principe directeur. Nous n’avons aucune certitude sur la concentration dans lesdits produits de substances nocives (dérivés du mercure, pesticides, PCB, neurotoxines, etc.) et il est probable qu’il n’y ait guère de contrôles au niveau des pêcheries ; la marque n’est pas en mesure de nous assurer que les produits qu’elle vend ne proviennent pas de requins appartenant à des espèces protégées, par exemple.

Il nous semble donc qu’avant d’avoir retiré de sa gamme la glucosamine-chondroïtine ou d’avoir a minima obtenu davantage de transparence de la part de ses fournisseurs, la fabricant de compléments nutritionnels Terre et Nature n’a pas sa place dans un salon qualifié de bio et d’éthique. Nous ne portons pas un jugement d’ensemble sur la marque et ne faisons que pointer du doigt l’existence d’un produit en opposition manifeste avec les valeurs affichées par le salon Vivre Autrement.

Les valeurs de la marque, d’ailleurs, n’ont rien à voir avec celles du salon ! Les voici :

« Notre entreprise a pour but de vous apporter des produits naturels : • Fabriqués en France, gage de sécurité,
• Conformes à la législation,
• Dont les dosages sont parmi les plus importants sur le marché,
• À un prix raisonnable et juste. »
(http://www.terre-naturebio.fr/content/19-qui-sommes-nous-)

Nous noterons que ces principes fondateurs sont bien flous : si la fabrication en France était un gage de sécurité cela se saurait ; « la législation » c’est bien vague ; des dosages « parmi les plus importants sur le marché » cela ne veut rien dire ; et « raisonnable et juste » est un jugement de valeur à la noix. Rien de contraignant, rien de convaincant aux yeux d’un consommateur vraiment responsable ne se satisfaisant pas de formules creuses pour se donner bonne conscience. Et rien du tout sur le côté durable, ou bio, ou « éthique » de ce qu’ils vendent, vous remarquerez.

Ce qui n’empêche pas Vivre Autrement de mettre la marque à l’honneur sur son site internet en en faisant la publicité sur leur page d’accueil (www.salon-vivreautrement.com) :

terreetnature

Et ce qui n’a pas non plus empêché la marque d’appeler son site web « www.terre-naturebio.fr ». Dans le cas de la chondroïtine, on se demande bien ce qui est bio.

Bref, rien ne nous encourage à penser du bien de cette marque qui semble ne pas hésiter à avancer des arguments fallacieux pour vendre davantage. Terre et Nature est-elle la brebis galeuse du troupeau ? Non, bien sûr. Notre but n’est pas de nous acharner spécifiquement sur cette marque, étant donné le désastreux niveau d’éthique général du secteur des compléments alimentaires. Mais nous n’apprécions pas que de tels produits se retrouvent sur des stands d’un salon soi-disant bio et éthique.

Un salon auquel nous n’accorderons pas non plus notre confiance sans une modification démontrable de leur manière de procéder, passant notamment par la création d’un cahier des charges précis et de procédures de contrôle sérieuses vis-à-vis des structures souhaitant exposer chez eux. Mais Vivre Autrement n’est pas notre tête de Turc – pas plus que Terre et Nature : en effet ce salon n’est pas un cas isolé, on a retrouvé des stands Terre et Nature sur le salon Vivez Nature à Lyon en octobre 2013, un salon qui s’autoproclame « Le salon bio », ou sur le salon Naturally à Paris en juin 2013, « le salon de la bio et des plaisirs nature »… Une marque qui semble avoir bien réussi à s’implanter sur ce segment de marché en vogue, et des salons qui ne sont manifestement pas très regardants pourvu que l’image soit belle.

Il nous semble que tout ce petit monde est davantage enclin à communiquer sur la dimension bio/éthique de ses activités qu’à faire le nécessaire pour assurer véritablement au public que les produits qu’on lui présente sont compatibles avec les valeurs mises en avant. On prend les gens (vous et moi, donc) pour de bons crétins en jouant sur leur crédulité face à des discours marketing et des iconographies conçus pour induire en erreur et à des évènements packagés pour manœuvrer les bonnes consciences sans qu’il y ait, derrière, la rigueur ou les compétences pourtant sous- entendues.

Ça ne s’appellerait pas de la publicité mensongère par hasard ? Et ça ne serait pas puni par la loi ? Ah bien si, en fait. Pour être précis, la loi n°2008-776 du 4 août 2008 – art. 83 stipule que « les pratiques commerciales trompeuses sont punies des peines prévues au premier alinéa de l’article L. 121-6 du code de la consommation ». Et ce dernier prévoit deux ans d’emprisonnement accompagnés d’une amende de 300 000 euros.

Devrions-nous nous montrer cléments et laisser une chance à ces gens de modifier leurs pratiques, avant de porter plainte ?

L’équipe Shark Citizen

Note : nous sommes disposés à retirer ce texte de notre site internet et à publier un « erratum – mea culpa » officiel si la preuve tangible nous est apportée que ce qui est écrit ici est faux ; et nous communiquerons avec emphase sur les salons et les marques qui nous prouveront qu’ils font tout ce qu’il faut, et sur ceux qui auront su faire évoluer leur façon de produire, de vendre et de communiquer. Pour que les pratiques suivent les déclarations et que ces dernières engagent enfin.

Pour en finir avec le greenwashing.

Article précédent : http://www.sharkcitizen.fr/salon-vivre-autrement-ethique-et-bio-vraiment/

Découvrir notre enquête sur les produits cosmétiques et pharmaceutiques utilisant du requin : Enquête consommateurs.

Signer la pétition contre l’usage de produits issus du requin : Pétition

Comments are closed.