L'asso

Si dans l’imaginaire collectif les requins sont peu présents sur les côtes françaises, la réalité est en fait tout autre. De la Manche à la Méditerranée en passant par les Outremers, les squales sont bel et bien présents : activement pêchés, victimes de la pêche accessoire, étudiés, ou encore au centre de polémiques sociétales. Par conséquent, la France, pays décisionnaire s'étant doté d'un fort discours environnemental, pays consommateur, importateur et exportateur de produits issus du requin en Europe, a un rôle non-négligeable à jouer dans les politiques de gestion de nombreuses espèces.
L'association Shark Citizen réuni de nombreux amoureux des océans, passionnés des requins, et personnes intéressées par la préservation dans son ensemble.

 

Contexte d’intervention de Shark Citizen

Le travail fait ces deux dernières années nous a permis d’entrevoir les besoins existant en terme d’informations grand public sur les requins. Nous ne sommes pas une association scientifique, même si nous nous efforçons de les consulter afin de ne pas tomber dans la réinterprétation orientée des données. Nous sommes une association qui souhaite apporter des clés de compréhension et d’action à une communauté d’amoureux de la mer : citoyens, consommateurs, société civile.

Pour y arriver, nous avons lancé des enquêtes, menées grâce aux dons de ceux qui nous soutiennent. Nous avons été à la rencontre d’une multitude d’acteurs différents, souvent en désaccords entre eux, mais passionnants dans les échanges.
Au fur et à mesure des mois, nous nous sommes éloignés du coté purement militant de la protection des requins, afin d’aller vers une posture plus posée, plus à l’écoute, plus ouverte à ces multitudes d’avis, d’opinions et d’expériences. Ça nous a enrichis et remis en question. Enrichissements et questionnements que nous souhaitons partager avec nos adhérents.

Quelle écologie voulons-nous : doit-elle donner des leçons à tout va ? Être dans la critique incessante ? Culpabiliser le citoyen, le consommateur, l’humain ? Mépriser les constructions socio-économiques qui se heurtent parfois aux constructions écologiques ? Notre réponse est non. Définitivement.

Nous avons orienté notre travail sur des problématiques moins globales et plus ciblées.

 

Un travail participatif.

Pour Shark Citizen, écologie et conservation du milieu marin vont de paire avec intégration des sociétés et des citoyens aux processus évolutifs de protection des espaces et des espèces.
Nous prônons une implication du consommateur et du citoyen, et si ce dernier est d’habitude cantonné à des formes de militantisme plus ou moins marginalisées, nous espérons l’impliquer autrement.

Ainsi, nous pensons qu’ensemble, nous disposons de savoirs spécifiques, complémentaires, éparpillés, qu’il convient de partager, d’optimiser et de mettre à disposition de chacun d’entre nous.

Shark Citizen a pour objectif de rétablir une image OBJECTIVE du requin et de promouvoir la survie des différentes espèces menacées.

Shark Citizen travaille à travers une approche faites de connaissances, de confrontations et de partages des savoirs.

L’association a pour ambition de travailler avec nos adhérents, tous ensemble, sans que personne ne se sente placé sous le coup d’un système hiérarchique castrateurs incompatible avec la notion d’association. Nous sommes par définition tous associés vers un but commun : préservation et cohabitation de l’humain avec les milieux marins et leurs requins.

Tout le travail engagé au sein de Shark Citizen vise à développer une meilleur compréhension du terrain et des problématiques concernant les requins, avec une prise en compte des savoirs SCIENTIFIQUES, des savoirs EMPIRIQUES, et des TÉMOIGNAGES.

Elle a pour règle d’accueillir les différentes opinions, et les différents débats relatifs aux requins, sans tomber dans la stigmatisation ou l’angélisme, et encore moins dans la censure.

Nous avons rédigé une charte d’engagement, qui défini les modalité d’intervention et de communication de chacun d’entre nous, adhérents et membres fondateurs de Shark Citizen.

 

Les objectifs de Shark Citizen

Voici les points que Shark Citizen développe :

–       l’enquête consommateur sur le marché des produits issus du requin commencée en 2012 est poursuivi, l’objectif étant d’obtenir le retrait progressif des produits issus du requin tel que le squalène et sa commercialisation en grande surface et restaurants. Ce travail est mis en perspective avec les modalités de protection des espèces concernées par ces marchés.

–       Le dossier crise requin est poursuivi également, il s’intégrera à un pôle dédié à la réflexion sur la médiation environnementale appliquée au milieu marin, avec une forte recherche autour des conflits liées à l’instauration des réserves marines.

–       Cette approche est complétée d’un pôle de réflexion « requins et sociétés » qui traitera des interactions socio-économiques positives et négatives que nous entretenons avec ce prédateur particulier. En effet, chacun sait que les attaques ont pour conséquence l’image désastreuse des requins. Nous pensons qu’en amont du problème, c’est la gestion de ces évènements en lui même qu’il faut traiter, afin de ne pas laisser libre court à l’enlisement des situations et des psychoses.

–       Il manque en France un relais grand public des recherches effectuées sur les requins. Nous nous proposons de travailler en collaboration avec les instances de recherche afin de mobiliser les connaissances propres à chaque problématique et les mettre à disposition de tous après validation scientifique des synthèses.

–       Les jeunes ont une place à part entière au sein de Shark Citizen. Nous reproduirons le Sharkbook qui sera chaque année enrichit d’une problématique différente rendue accessible aux enfants.

Ces pôles d’activité et ses 2 principaux dossiers sont chacun sujet à l’implication de spécialistes des sujets abordés. Ainsi nous entendons compléter le cercle de Shark Citizen d’un sociologue, de scientifiques spécialisés sur les requins, de marins pécheurs, d’un professionnel de la médiation, et d’autres spécialistes.

Les bonnes volontés sont les bienvenues, n’hésitez pas à nous envoyer un mail avec des propositions d’aide.

 

Rapports d’activités de l’association

Rapport d’activité et bilan financier de la période 2012 de l’association (qui se dénommait alors Shark Angels France) : rapport d’activités_2012

Rapport d’activité et bilan financier de la période 2013-2014 : Rapport d’activité 2013 – 2014